Droits des femmes

Dans la continuité du plan national de mobilisation de lutte contre toutes les violences faites aux femmes, le 4e plan départemental se déploiera sur les années 2019-2020 pour renforcer et enrichir les actions visant à venir en aide aux femmes et jeunes filles victimes de violences sexistes ou sexuelles.
Statistique glaçante : en 2018 tous les trois jours une femme mourait sous les coups de son conjoint, ex-conjoint ou compagnon. Depuis le 1er janvier 2019, 34 femmes sont décédées de cette manière.

Pour le département de l’Yonne, les statistiques sont pires encore : une hausse de 27 % des violences a été constatée en 2017 par rapport à 2016 ; les prévisions indiquent une nouvelle augmentation des violences pour 2018.

Pour tenter d’enrayer ce fléau, le plan se déploiera autour de quatre axes majeurs :
1. La communication : inciter les victimes et les témoins à révéler les faits, encourager le travail en réseau à l’échelle des bassins de vie ;
2. Travailler plus en lien avec les professionnels de santé et créer un réseau de médecins formés ;
3. Accompagner mieux encore les victimes : accompagnement des femmes lors du dépôt de plainte et tout au long de la procédure pénale, prise en charge psychologique, accès au logement facilité, sensibilisation des pompiers à la violence conjugal;
4. La prévention : amener les jeunes à se questionner et apprendre à identifier les stéréotypes de genre qui mènent souvent au harcèlement et à la violence, y compris sur les réseaux sociaux.

Comment se faire aider à Joigny et sur le territoire de la communauté de communes du Jovinien ?
Vous n’avez pas accès à un ordinateur :
– Vous confier à une amie, à votre médecin, à l’assistante sociale du CCAS (Centre Communal d'Action Sociale - rue Jules Dumont d'Urville) si vous habitez à Joigny ou à l'unité territoriale de solidarité du conseil départemental (1 rue Alexander Von Humboldt) si vous habitez sur le territoire de la CCJ ;
– Aller à la gendarmerie ou à la police municipale (deux policiers municipaux sont spécialement formés pour aider les femmes victimes), appeler le 3919 (numéro d’aide national) ou l’ADAVIRS (Association Départementale d'Aide aux Victimes d'Infractions et à la Réinsertion Sociale) - adavirs.free.fr.

Vous avez accès à un ordinateur ou à un téléphone portable :
– Scanner vos papiers d’identité et tout document important et les enregistrer sur une clé USB pour les avoir en permanence sur vous ;
– Vous connecter sur le site Internet "ne rien laisser passer" (https://stop-violences-femmes.gouv.fr/ne-rien-laisser-passer.html), campagne publique contre les violences sexistes, qui vous dirigera vers le site du secrétariat d’État chargé de l'égalité entre femmes et hommes. Un bouton sur la page vous permettra d’effacer toute trace de votre passage sur le site. Le hashtag "ne rien laisser passer" vous permet les mêmes contacts.
Par ailleurs, le lien https://www.service-public.fr/ (rubrique justice) vous permet de signaler anonymement les violences dont vous êtes victime ou témoin.

Deux dispositifs d'alerte
Avant qu'un jugement ne soit rendu. "Monsherif" est un bouton connecté pour se protéger et protéger les siens. Il permet d'alerter cinq de ses proches en cas de danger et d'être immédiatement géolocalisé. Un message d'alerte préenregistré est transmis à vos contacts qui pourront intervenir directement et/ou prévenir la gendarmerie. Il suffit de télécharger l'application sur son smartphone.
Le téléphone grand danger. Pour en bénéficier, il faut avoir déposé plainte, qu'une décision de justice ait été rendue et qu'elle ne soit pas susceptible de recours. Il faut en faire la demande auprès du CIDFF (Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles), de l'ADAVIRS, du conseil départemental, ou du travailleur social en gendarmerie. L'accord d'attribution est donné par le procureur de la république.

Les services publics et les associations suivants vous accueillent également :

Solidarité femmes - 3919
CCAS - 03 86 92 48 28
Unité territoriale de solidarité du conseil départemental - 03 86 92 08 30
Gendarmerie - brigade de Joigny - 03 86 19 34 50
Police municipale - 03 86 62 09 38
ADAVIRS - 03 86 51 66 14 - permanence au CCAS sur rendez-vous le 4e jeudi du mois de 13h30 à 17h
CIDFF - 03 86 42 00 50 - permanence sans rendez-vous au CCAS le 1er lundi du mois de 13h30 à 16h30 et le 3e lundi du mois de 9h à 12h

Annuaire des associations nationales


Twitter Facebook Google Plus email

Mairie :

  • 3 quai du 1er Dragons, 89300 Joigny
  • Les lundis, mardis et jeudis de 14h à 18h
  • Les mercredis de 9h à 12h30 et de 14h à 18h
  • Les vendredis de 9h à 12h30 et de 14h à 16h
  • Permanence du service population les samedis de 9h à 12h.
 
Tél 03 86 92 48 00 / Fax 03 86 92 48 01
Top