Droits des femmes

Violence à l’encontre des femmes : le 25 novembre 1960, ­Patria, Minerva et María Tereza Mirabal, trois jeunes femmes dominicaines, étaient assassinées à coups de machette ­seulement parce qu’elles repoussaient des avances sexuelles. Ce jour a, depuis, été institué "Journée internationale de lutte pour l’éradication de la violence à l’encontre des femmes" par les Nations Unies (résolution du 17 décembre 1999).

La municipalité de Joigny s’associe pleinement à l’appel de Ban Ki-moon, son secrétaire général, lorsqu’il interpelle : "ne restez pas silencieux. Lorsque vous êtes témoin de violence à l'égard de femmes ou de filles, ne restez pas sans rien faire, agissez."

Les violences sont multiples, endurées par de nombreuses femmes (environ 70 % d’entre elles en sont victimes) dans tous les pays, que ce soit du harcèlement physique, moral ou sexuel, de l’enfermement, de la prostitution forcée, l’interdiction ­d’aller à l’école, des mutilations génitales, du viol y compris par le conjoint mais aussi utilisé comme arme de guerre, des claques ou des coups, des mariages forcés, des crimes d’honneur, des assassinats pour des questions de dot ou simplement parce que la soupe était trop tiède ! En 2013, 150 millions de femmes et de fillettes ont subi des violences sexuelles dans le monde.

En France, en 2013, 121 femmes, soit une tous les trois jours, sont mortes victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie. Ces 121 femmes étaient la mère, la sœur ou la fille de quelqu’un. Pour elles, mais aussi pour nos mères, nos sœurs ou nos filles, nous pouvons et nous devons tous agir pour lutter contre ce fléau.

Alors, que vous soyez victime ou témoin, en cas d’urgence, faites le 17 (police ou gendarmerie). Si vous êtes victime et craignez pour votre vie, quittez la maison le plus vite possible et allez chez une amie. Vous pouvez aussi aller à l’hôpital, à la gendarmerie ou au service de police les plus proches. Appelez le 3919 (gratuit, du lundi au samedi de 8h à 22h et les jours fériés de 12h à 22h), des spécialistes vous écouteront et vous informeront sur les démarches à suivre.

Les services publics et les associations suivants vous accueillent également :

A Joigny :

Le centre communal d’action sociale : tél. 03 86 92 48 28 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
L’Hôpital : 03 86 92 33 36
Unité territoriale du Conseil Général : 03 86 92 08 30

Dans l’Yonne :

Victimes de violences conjugales : les réponses dans l’Yonne :
Le Centre d’Information sur les droits des femmes et des familles : 03 86 42 00 50 - www.cidff-89.fr
L’ADAVIRS (Association départementale d’Aide aux Victimes d’Infractions et à la Réinsertion Sociale) : 03 86 51 66 14 – www.adavirs.free.fr
Dispositif d’hébergement d’urgence : 115
Enfants victimes de violences intrafamiliales : 119
Pour les auteurs de violences : Interaction : 06 38 94 36 49
Annuaire des associations nationales


Twitter Facebook Google Plus email

Mairie :

  • 3 quai du 1er Dragons, 89300 Joigny
  • Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h
  • Vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30.
 
Tél 03 86 92 48 00 / Fax 03 86 92 48 01
Top